Actual Group
11 rue Emile Brault 53000 LAVAL,
guillaume.neronbancel@groupeactual.eu
Tel : 02 43 01 20 34

J16 | 𝗔𝗥𝗞𝗘𝗔 𝗨𝗟𝗧𝗜𝗠 𝗖𝗛𝗔𝗟𝗟𝗘𝗡𝗚𝗘 - 𝗕𝗥𝗘𝗦𝗧 | « Se rendre compte de la valeur des choses »

Décembre 2023
A l’approche du franchissement du Cap de Bonne Espérance, Anthony Marchand laisse transparaître son enthousiasme et la chance incroyable qu’il a d’être là, en solitaire, en course. Alors qu’il a franchi le méridien de Greenwich aux environs de 8h30 ce lundi et entame son 16e jour de course dans le cadre de l’Arkea Ultime Challenge – Brest, Anthony Marchand se prépare donc à franchir le cap de Bonne Espérance demain mardi en milieu d’après-midi, puis à faire son entrée dans l’océan Indien quelques heures plus tard. En attendant, à bord d’Actual Ultim 3, il cavale à 30 nœuds de moyenne dans un étroit couloir de vent entre l’anticyclone de Sainte-Hélène et la zone d’exclusion Antarctique, au coude à coude avec Armel Le Cléach, et ne lâche rien, ainsi qu’il l’a confié en milieu de matinée à son équipe.

« Le vent demeure assez stable en direction, ce qui me permet de faire régulièrement des siestes. Il est toutefois plutôt changeant en force, ce qui m’oblige à passer tantôt sous gennaker, tantôt sous J1 (voile d’avant ndlr) mais globalement, tout va très bien à bord », a indiqué Anthony Marchand qui multiplie donc les changements de voiles pour rester le plus rapide possible, largement stimulé par la présence, à ses côtés, du Maxi Banque Populaire XI. « Nos bateaux ne sont pas de la même génération et c’est difficile pour moi de lutter mais il n’empêche que ça met de l’activité. J’observe de près ses changements de trajectoires. Clairement, c’est galvanisant d’avoir un concurrent à proximité ! », a confié le navigateur, qui pointait aujourd’hui en cinquième position à moins de six milles de son adversaire le plus proche, qui, comme à son habitude, met autant de charbon que possible dans sa machine et tente d’optimiser au mieux sa route.

« Armel (Le Cléac’h) et moi avons été contraints de faire un détour important pour contourner l’anticyclone de Sainte-Hélène. On estime à environ 750 le nombre de milles que nous avons dû parcourir de plus que les trois premiers avec, en prime, des vitesses plus réduites. Sportivement, c’est toujours un peu agaçant de profiter de conditions moins favorables que les autres mais l’on ne perd pas de vue que la tendance peut rapidement s’inverser », a ajouté le Costarmoricain qui s’apprête à franchir un nouveau cap important dans sa course. Et pour cause, demain mardi, entre 14 et 15 heures (heure de Paris) selon ses derniers routages, il devrait en effet déborder le promontoire de Bonne Espérance puis, quelques heures plus tard, celui des Aiguilles marquant l’entrée dans l’océan Indien.

Pas si droit mais rapide

« Comme pour l’équateur, avant de partir, je n’imaginais pas que ce serait un point de passage si important pour moi or maintenant que je suis sur l’eau, je me rends compte à quel point ce sera une étape marquante. Le fait de voir l’ami Tom Laperche obligé de s’arrêter à Cape Town renforce encore ce sentiment car il permet de se rendre compte de la valeur des choses et notamment de celle de l’instant présent », a relaté le skipper d’Actual Ultim 3 qui savoure par ailleurs le fait de naviguer en ce moment sur une mer bien plate, même si le temps est maussade.

« Pas de doute, on est bien dans les 40e Rugissants ! C’est tout gris et il fait froid et humide mais ça va assez vite. La bonne nouvelle c’est que la traversée de l’Indien devrait être plutôt rapide même si on devrait avoir une trajectoire un peu moins parfaite que celle de Charles Caudrelier. En ce qui nous concerne, ce sera un peu moins du tout droit puisque nous allons devoir enchaîner une vingtaine d’empannages jusqu’au sud de la Tasmanie », a détaillé Anthony qui ne devrait donc pas mollir dans les jours à venir. « Il va y avoir du boulot mais on va majoritairement faire de l’est et donc progresser vers le but. Il faudra réussir à trouver les bons réglages pour garder un bateau rapide mais aussi bien gérer le curseur du stress. »